Et vous, qu'auriez-vous fait à sa place ?

28.08.2018

POST • Ceci n’est pas une véritable question. Mais une manière de vous faire réfléchir aux critiques et récupérations politiques inévitables auxquelles nous allons assister dans les prochaines heures et qui ne répondront aucunement aux questions de fond et seront même totalement hors de sujet pour la plupart, vu ce qui est en jeux.

 

Car, je partage et comprends entièrement Nicolas Hulot ce matin, et je vous invite à écouter tout ce qu'il a dit dans le cadre de l’annonce de sa démission, avec pour espoir qu’elle serve, comme il le dit, d'ultime électrochoc pour notre société...

 

A ceux qui commencent à récupérer politiquement cette démission (surtout celles et ceux qui ne manqueront probablement pas de culot, et vont subitement nous faire croire qu’ils se préoccupent de la protection de notre environnement alors qu’ils sont bien pire que les élus en place) , je leur dirai que ce qu'il dit, ressent, et que je partage entièrement va bien au-delà de tout cela.

 

Cela dépasse la critique du gouvernement en tant que tel, cela va au-delà, c'est une critique de notre société, de notre civilisation. Le gouvernement et nos élus, en Europe, comme la plupart des autres pays de la planète ne sont certes pas du tout à la hauteur de ce qui se passe et des enjeux dénoncés lors de la COP21... (pas-du-tout), mais ils sont à l'image du peuple et des citoyens que nous sommes, et ne valent pas plus, pas moins.

 

Notre société fonce dans le mur et de plus en plus vite, et les solutions que je défends, et que nous sommes un certain nombre à défendre sont loin, très loin d'être mises en place alors que nous sommes au bord de la falaise et à l'aube d'un bouleversement de notre monde qui entraînera un collapsus civilisationnel sans précédent aucun. Un monde au bord d'une apocalypse environnementale que vous ne pouvez même pas imaginer et que je tente de mettre tous les jours en image pour tenter d'alerter et de réveiller.

 

Vous portez, vous aussi à titre personnel cette responsabilité (même si ce que je dis ne vous fait pas plaisir à entendre et même s’il est mal vu paradoxalement depuis quelques années - un comble - de dire au public qu’il fait partie intégrante du problème). Je vous entends si nombreux à critiquer, à attaquer, mais... que faites-vous vous-même ? Commencez par vous poser la question.

 

Franchement,

Sincèrement,

 

Le monde s’effondre. Personnellement, je ne vois pas beaucoup de choses qui pourraient être plus graves et nécessiter que nous réagissions “tous” communément. Ce ne sont pas nos enfants qui vont le payer comme je l’entends dire tous les jours : ce sont les enfants que nous étions qui vont le vivre ! (et à fortiori nos enfants, et leurs enfants, etc. - si toutefois notre monde permet qu’il y en ait encore)

 

Car nous sommes déjà dans le monde d’après !

Intégrez-le !

 

Cessez de parler au futur, en parlant des prochaines générations. Ce sont nos générations qui en sont déjà les premières victimes et ma génération sera celle de la transition, celle qui ne portera peut-être pas l’entièreté de la responsabilité de ce qui se passe, certes, mais celle qui aura été la toute dernière à avoir eu entre ses mains la possibilité de changer tout cela et faire en sorte que l’on s’en sorte.

 

Parler au futur, revient en effet à nier toutes les catastrophes ayant déjà eu lieu, toutes ces communautés déjà déplacées à cause de la montée des eaux ou de tempêtes catastrophiques, toutes ces vies brisées ou perdues des suites des catastrophes dantesques qui ont déjà commencé à ravager notre planète.

 

Car quand je vois les réactions ou les modes de vie de beaucoup, je me pose vraiment des questions (je cite souvent les mêmes exemples que NH moi-même, quand je vois par exemple les tas d'immondices et de mégots au bord des routes, où ces particuliers qui continuent d'utiliser produits ménagers et herbicides chez eux, à consommer n’importe comment, de manière irréfléchie, irraisonnée, ne cherchant que le bien-être et la satisfaction personnelle, sans se poser la moindre question sur l’impact de leur mode de vie sur le monde qui les entoure... les exemples qui prouvent à quel point beaucoup d'entre nous sont encore loin d'avoir compris ne serait-ce que le b-a-ba de tout cela sont malheureusement si nombreux et quotidiens...).

 

Car cette révolution qui ne vient pas, cette insurrection des consciences indispensable à notre monde, ne sera pas portée par un homme, mais collectivement.

 

Si vous attendez un homme ou une femme providentiels pour faire tout le travail, autant que je vous le dise de suite : vous ne le trouverez pas.

 

Vous trouverez peut-être des guides, qui pourront vous montrer la voie, comme Jean-Marie Pelt, Hubert Reeves, Théodor Monod, Pierre Rabhi, Edgar Morin, et tant d'autres... Mais à eux seuls, ils ne changeront pas le monde si derrière la communauté tout entière ne se met pas en ordre de marche.

 

Je continue mon action, car je continue à avoir de l'espoir, même si cet espoir est mis à mal chaque jour qui passe, même si je suis dépité par les réactions et l'aveuglement du public, ou par les décisions politiques qui ne sont, encore une fois, pas du tout à la hauteur des enjeux et ne servent qu'à essayer de sauver un modèle qui n'est pas tenable et disparaîtra dans les années à venir,

 

soit parce qu'il s'effondrera,

soit parce que l'insurrection des consciences le fera muter et se métamorphoser.

 

Avant d'aller plus loin, je vous invite donc encore une fois avant tout à faire un examen de conscience et à vous demander ce que vous auriez fait à sa place (si vous avez d'ailleurs vous-même fait déjà quelque chose pour essayer de changer tout ça), car la critique est chose aisée... Si ce n'est pas le cas, il n'est pas trop tard pour changer...

 

Mais l'heure tourne et la situation commence déjà à nous échapper par certains aspects. Nous ne sommes même plus au bord du précipice, en réalité nous venons de tomber dedans, à nous de nous saisir de quoi nous rattraper, et essayer de nous en sortir, car vu ce qui est en jeu l'échec ne nous est pas permis.

 

...

Note : Je viens d’écrire ce texte instantanément, souhaitant partager mon ressenti, peut-être y apporterais-je des modifications dans le courant de la journée en me posant pour prendre plus le temps d’étoffer cet article, mais je souhaitais vous livrer de suite ma première réaction.

 

 

 

 

Please reload

NOUS SUIVRE

© 2018 SYMBIOM Grp . Tous droits réservés